Bébé buvant au biberon

Allaitement maternel ou allaitement au biberon ?

Publié le 20 November 2018 par Laboratoires Picot

Après 9 mois de préparatifs, une nouvelle page de cette merveilleuse histoire s’ouvre : bébé est enfin arrivé. Vous allez devoir choisir le mode d’allaitement qui vous convient : l’allaitement maternel sein ou l’allaitement au biberon . C’est une décision très personnelle, et c’est à vous seule de prendre cette décision. Cependant, sachez que le lait maternel demeure la meilleure alimentation pour le nourrisson.

Allaiter avec plaisir

Pour toutes celles qui ont beaucoup d’interrogations et d’incertitudes, vous trouverez dans cette rubrique des informations concrètes sur les deux modes d’allaitement.
Sein ou biberon, n’oubliez pas l’essentiel : allaiter avec plaisir…

Bébé au sein

L’allaitement maternel

Les avantages du lait maternel

L’allaitement maternel est le moyen idéal pour répondre aux besoins de votre enfant, c’est un modèle d’équilibre. Il contient tous les éléments nutritionnels nécessaires à son développement et évolue en même temps que ses besoins.

Durant les premiers jours, les seins produisent le colostrum, un liquide épais et jaune, très riche en protéines, lipides, acides aminés libres, sels minéraux (magnésium, calcium) et immunoglobulines ; il permet de faire face à la croissance rapide de bébé et de le protéger des risques infectieux. Le colostrum est produit en petite quantité : 20 à 40ml par tétée, mais ceci est adapté aux besoins de bébé durant ses premiers jours.

Le lait de transition, particulièrement riche en lipides et en lactose, succède au colostrum, à peu près entre le 3ème et le 15ème jour. Progressivement le lait devient blanc-orangé, il devient moins dense et la quantité produite augmente. Ce lait permet à bébé de commencer sa prise de poids.

Au bout de la 2ème semaine, le lait de transition devient le lait mature, de couleur « blanc-bleuté » .
Ce lait se modifie au cours d’une même journée, offrant plus de matières grasses le jour que la nuit. Même au cours d’une tétée, il est plus liquide au début (pour apaiser la soif de bébé) et il s’épaissit progressivement après quelques minutes (la quantité de lipides augmentant pour mieux le rassasier). La composition de votre lait dépend de votre alimentation.

En plus de ces avantages nutritionnels, il faut souligner que l’allaitement maternel crée un moment privilégié entre vous et votre enfant, une intimité qui favorise son épanouissement affectif.

Comment allaiter?

La bonne position

Il faut trouver la position qui est la plus confortable pour vous.

Plusieurs positions existent, mais gardez toujours en tête que votre bébé doit être entièrement tourné vers vous, son ventre contre le vôtre. Sa tête, son dos et ses pieds doivent être dans le même axe. Votre bébé ne doit pas avoir à tourner la tête pour prendre votre sein, il risquerait de se faire mal au cou…

Vous pouvez vous installer dans un fauteuil, un canapé ou dans votre lit, le dos calé par un oreiller, votre bras, posé sur un accoudoir ou sur des coussins, soutenant la tête de votre bébé, et vos jambes légèrement relevées. Sa tête repose au creux de votre bras, votre main lui soutient les fesses. Essayez de vous détendre au maximum, relâchez vos épaules pour profiter pleinement de ce moment avec votre bébé.

Vous pouvez également allaiter allongée. Dans ce cas, étendez-vous sur le côté, le haut du corps surélevé et les reins bien calés par des coussins. Votre bébé sera allongé sur le côté face à vous. Cette position peut être agréable la nuit et le matin.

Les premières tétées

Placez la bouche de bébé en face du téton, caressez ses lèvres avec votre mamelon, et bébé tètera spontanément, c’est un réflexe inné. Il faut veiller à ce que bébé ait la bouche grande ouverte au moment où il attrape le sein, pour qu’il prenne également l’aréole et sa langue doit être vers le bas. S’il ne prend que la partie antérieure du mamelon, il va exercer une traction avec ces gencives qui pourra provoquer des crevasses. Quand il n’aura plus faim, il lâchera automatiquement votre sein. S’il ne lâche pas votre sein, mais qu’il ne tète plus, réduisez le vide crée par la succion en appuyant avec le doigt au coin de ses lèvres jusqu’à ce qu’il ouvre la bouche.

Votre bébé, en stimulant les mamelons avec sa bouche, va envoyer à votre cerveau l’ordre de produire du lait. Plus bébé va en demander, plus vous en produirez, c’est pourquoi au début il est recommandé de donner le sein à la demande, de façon à stimuler la production. Durant les premiers jours, donnez les 2 seins, en alternant toutes les 10 minutes, de façon à favoriser la montée de lait. Ensuite vous pourrez alterner en changeant de sein 1 repas sur 2.

Au début, les tétées sont généralement espacées de 2 à 4 heures, y compris la nuit, car dans votre ventre bébé était habitué à recevoir une alimentation continue. Il faudra attendre 6 à 8 semaines avant que bébé fasse ses nuits.

Les petits ennuis de l’allaitement

Les crevasses

Les crevasses sont des fissures du mamelon extrêmement douloureuses. Elles sont principalement dues à un mauvais positionnement de bébé pendant la tétée. C’est pourquoi, dès les premières tétées, vous devez prendre le temps de bien positionner bébé qui doit être bien face au sein, le nez enfoui dans celui-ci.

La toilette excessive avant et après chaque tétée peut également être un élément déclenchant ; sachez qu’une bonne hygiène quotidienne (1 à 2 douches par jour) suffit pour l’hygiène de vos seins. Il est même conseillé, à la fin de la tétée, d’appliquer une goutte de lait sur chaque mamelon pour prévenir les crevasses.
Si malgré tous ces gestes préventifs, des crevasses apparaissent, votre médecin vous prescrira un traitement adapté.

L’engorgement

On parle d’engorgement quand vos seins produisent du lait, mais qu’il s’écoule mal vers le mamelon. Les seins sont alors tendus et douloureux. Pour prévenir des engorgements, il est conseillé de donner le sein à bébé le plus tôt possible sans restriction de fréquence ou de durée. Si toutefois vos seins durcissent et deviennent douloureux, il faut continuer à faire téter bébé régulièrement.

Astuces

Pour décongestionner vos seins et favoriser l’évacuation du lait, plusieurs petites techniques existent : prendre une douche chaude, poser un gant imbibé d’eau chaude ou un verre d’eau chaude sur vos mamelons. La différence de température stimule la glande mammaire. Vous pouvez aussi essayer de masser vos seins de l’extérieur vers le mamelon. Si toutes ces techniques sont insuffisantes, il sera peut-être nécessaire de désengorger vos seins grâce à un tire-lait. N’hésitez surtout pas à demandez conseil à votre médecin.

Votre alimentation pendant l’allaitement

Le lait maternel est fabriqué à partir de l’alimentation et des réserves nutritionnelles de la mère. Vous avez acquis de bonnes habitudes alimentaires pendant votre grossesse, il s’agit donc maintenant de les conserver. Vous devez manger de tout, car la teneur en vitamines du lait maternel varie en fonction de votre alimentation.

Pour couvrir les besoins de votre bébé, votre alimentation doit être équilibrée et variée.
Elle doit être particulièrement riche en acides gras essentiels oméga 6 (acides linoléique) et oméga 3 (acide alpha linolénique), graisses insaturées que l’on retrouve principalement dans les poissons gras (saumon, maquereau…) et huiles végétales.
Augmentez également votre consommation de produits laitiers pour que votre bébé n’entame pas vos réserves de calcium : idéalement, consommez 4 produits laitiers par jour, sous forme de laitages (lait, yaourts…) ou de fromages.
Votre apport calorique doit être augmenté d’environ 500 calories par repas pour atteindre un apport quotidien plus riche d’environ 2500 calories par jour.

Pensez à boire. Les besoins en eau augmentent pendant l’allaitement, car le lait est constitué principalement d’eau (75% de sa composition), il faut donc boire environ 2 à 3 litres par jour (eau, jus de fruits, tisanes, potages).

Evitez de sauter des repas, et surtout, ne tentez pas de suivre un régime amincissant qui nuirait automatiquement à la qualité de votre lait.

A noter : beaucoup d’aliments donnent du goût au lait (chou, ail, oignon, céleri), mais il n’est pas nécessaire de changer vos habitudes alimentaires ; au contraire, ces aliments qui parfument votre lait permettent à bébé de découvrir de nouveaux goûts.

Faites attention !

Limitez le café et le thé, car la caféine et la théine passent dans le lait.
Ne buvez pas d’alcool et bannissez la cigarette : alcool et nicotine passent également dans le lait et sont bien évidemment nocifs pour bébé. Pour toute question ou difficulté, demandez conseil à votre médecin.
Enfin, ne prenez aucun médicament sans avoir demandé l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien au préalable, car les médicaments passent dans le lait maternel.

Le sevrage

Quand doit-il avoir lieu ?

Il n’y a pas de règle, le sevrage aura lieu quand vous le déciderez (manque d’envie, manque de temps, manque de lait, retour au travail,…..) ou quand votre bébé le choisira. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien pour la façon de procéder et le choix d’un lait infantile.

Le sevrage est une étape très importante pour votre bébé, car il va effectuer ses premiers pas vers une nouvelle forme d’alimentation ; il faut donc effectuer la transition du lait maternel au lait infantile tout en douceur et progressivement ; généralement la période de sevrage s’étend sur 15 jours.
Etant donné que c’est la succion de bébé au sein qui stimule la production de lait, la diminution progressive du nombre de tétées engendre une diminution également progressive du lait produit. Ceci évite notamment les montées de lait douloureuses.

Commencez par remplacer une tétée par un biberon, chaque jour pendant environ 3 jours (en général la tétée du déjeuner ou du goûter). Si tout se passe bien, remplacez une seconde tétée par un deuxième biberon pendant 3 jours, et ainsi de suite.

Bébé buvant au biberon

L’allaitement au biberon

Nourrir au biberon

Si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas allaiter votre bébé, vous pouvez opter pour le biberon avec des laits infantiles pour nourrissons, spécialement conçus pour nourrir les bébés pendant les 6 premiers mois de vie.

Leur composition répond aux exigences d’une législation très stricte. Bien qu’ils n’égalent jamais le lait maternel, ils couvrent parfaitement les besoins nutritionnels de bébé. Par ailleurs, les biberons et tétines sont de plus en plus performants et répondent à son besoin de succion.

Parce que tous les bébés n’ont pas les mêmes besoins, il existe toute une gamme de laits infantiles spécifiques, adaptés aux besoins de chaque nourrisson. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

En fonction de l’âge de votre bébé, il faudra lui proposer des laits adaptés, pour lui assurer une croissance et un développement optimal.

  • 0-6 mois : Les Laboratoires Picot suivent totalement les recommandations de l’OMS de 1981, relatives à la commercialisation des préparations pour nourrissons, mentionnées dans le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et s’interdit toute communication sur les laits 1er âge et formules convenant de la naissance à 12 mois auprès du grand public. Demander conseil à votre pharmacien ou votre médecin.
  • 6-12 mois : les laits 2ème âge sont enrichis en acides gras essentiels, en fer, en calcium et en vitamines, nécessaires pour son bon développement. Ils doivent rester l’aliment principal de l’enfant jusqu’à 1 an (au moins 500ml par jour).
  • A partir de 10 / 12 mois et jusqu’à ses 3 ans, des préparations lactées sont parfaitement adaptées aux besoins de votre enfant, car elles sont enrichies en fer et acides gras essentiels. N’oubliez pas qu’à 3 ans, votre petit bout de chou aura déjà atteint la moitié de sa taille adulte ! Il en faut de l’énergie pour y arriver !

La bonne position pour donner le biberon

Il faut trouver la position qui est la plus confortable pour vous.

  • Choisissez de préférence un endroit calme.
  • Installez-vous confortablement dans un fauteuil et calez bien votre dos avec un coussin. Le bras soutenant la tête de bébé doit être posé sur un accoudoir ou sur des coussins afin de ne pas vous fatiguer.
  • Installez bien bébé contre vous, sa tête nichée au creux de votre bras et suffisamment relevée pour faciliter la tétée et la digestion.
  • Dévissez la bague du biberon pour qu’un peu d’air pénètre dans la tétine et pour permettre au lait de s’écouler.
  • Pour inciter bébé à téter, caressez-lui doucement la joue et les lèvres avec la tétine, il ouvrira alors la bouche par réflexe.
  • L’inclinaison du biberon est importante pour que bébé tète vraiment la tétine et ne la mâchouille pas simplement : une bonne inclinaison est signalée par l’apparition de petites bulles dans le biberon. La tétine doit toujours être pleine, sinon bébé risquerait d’avaler de l’air, ce qui peut provoquer des coliques et des régurgitations fréquentes.

Le repas au biberon doit devenir un moment d’intimité, de plaisir, comme s’il était donné au sein.

Le nombre de biberons

Quand donner le biberon ?

Il faut nourrir bébé à la demande, de jour comme de nuit. Un bébé qui a faim se manifeste par des cris courts qui deviennent de plus en plus puissants.

Les horaires des repas au biberon peuvent être souples, entre 5 et 7 repas au début, espacés d’un intervalle de 3 à 4 heures. Mais sachez que le rythme des repas n’est pas forcément régulier ; c’est au fur et à mesure des semaines que votre bébé se règlera progressivement.

A titre indicatif, votre bébé consommera environ :

  • 6 à 8 biberons les 4 premières semaines
  • 6 à 7 biberons de 1 à 2 mois
  • 5 à 6 biberons de 2 à 4 mois
  • 5 à 4 biberons de 4 à 6 mois
  • 3 biberons de 6 à 8 mois
  • 2 biberons de 8 à 12 mois

Nos conseils

Si votre bébé a une bonne courbe de poids, il sait parfaitement ce dont il a besoin :
Ne réveillez pas votre bébé pour lui donner son biberon. S’il dort paisiblement, c’est qu’il n’a pas faim.
De même, il ne faut pas forcer bébé à finir son biberon. S’il arrête de boire, c’est qu’il n’a plus faim.

Quelle quantité donner ?

Les quantités à donner varient en fonction de l’appétit de chaque bébé, et de son poids.

Le tableau ci-dessous vous donne une indication des quantités, à adapter bien sûr en fonction des besoins de votre bébé.

Le principe de base est le suivant : 1 mesurette de poudre pour 30ml d’eau. Soyez vigilante, il s’agit de mesurettes arasées, c’est à dire bien pleines, mais sans petite montagne au-dessus et sans tasser la poudre dans la mesurette.

Poids moyen de bébéAge de bébéQuantité d’eau conseillée + nombre de mesurettes de lait en poudre
3,5 kg2ème à 4ème semaine90 ml d’eau + 3 mesurettes
4 kg1 à 2 mois120 ml d’eau + 4 mesurettes
5 kg2 à 3 mois150 ml d’eau + 5 mesurettes
5,5 kg à 6,5kg3 à 4 mois180 ml d’eau + 6 mesurettes
6,5 kg à 7 kg4 à 8 mois210 ml d’eau + 7 mesurettes
7,5 kg à 9,5 kg8 à 12 mois240 ml d’eau + 8 mesurettes

Ne forcez surtout pas bébé à terminer un biberon, il sait ce dont il a besoin ; pensez à jeter immédiatement le reste du biberon non terminé.

En revanche, s’il pleure régulièrement à la fin du biberon, c’est qu’il a encore faim ; vous pourrez alors augmenter les doses en respectant toujours le même principe : 1 mesurette de poudre pour 30ml d’eau. En cas de doute, demandez toujours le conseil de votre médecin ou de votre pharmacien.

Les laboratoires Picot accompagnent les parents et les bébés depuis 1896

Depuis toujours attentifs à l’épanouissement des bébés, les Laboratoires Picot s’appuient sur leur savoir-faire et leur expertise pour offrir des produits de qualité pour répondre aux besoins des tout-petits, même les plus sensibles. La qualité nutritionnelle des produits, tout comme leur sécurité, est au cœur des engagements Picot.
  • #1- Qualité & Sécurité de nos produits

  • #2- Transparence envers nos consommateurs

  • #3- Une collecte et une production responsable

Découvrir la marque